fbpx
La vérité sur le coronavirus

La vérité sur le coronavirus

Sport

Nous y sommes, le fameux article sur le coronavirus 🥁 Une vague de buzz bien choisie pour venir froisser quelques médias mainstream et leurs chiffres sortis tout droit d’un chapeau magique 🧙🏻‍♀️

Tu es prêt? Oui? Commençons… Petit topo rapide, les coronavirus sont une famille de virus 🦠:
Il y a déjà eu le SRAS-CoV en 2002 et aujourd’hui on parle du 2019-nCoV qui est le dernier né de la famille. Concrètement, tu ne peux pas faire grand chose, excepté t’informer, éteindre ta télévision 📺 et appliquer les quelques tips que nous te donnerons plus bas.

En premier lieu, voyons les chiffres (réels):

Par rapport au taux de reproduction (TR) de 2019-nCoV, les médias parlent d’un taux entre 1,4 et 3,8%, ce qui signifierait qu’une personne contaminée pourrait refiler son virus à 2,6 autres personnes en moyenne 🤒 Le problème, c’est que pour dire ça, les médias se basent sur une étude qui est en fait une simulation, dans laquelle il est écrit noir sur blanc que le manque de données limite grandement leurs estimations, lol. (Riou et al., 2020). Dans d’autres études plus sérieuses, les chiffres ne sont pas vraiment les mêmes… 6,47% (Tang et al., 2020) – entre 3,3 et 5,47% (Zaho et al., 2020) – entre 3,6 et 4% (Read et al., 2020) et 4,08% (Cao et al., 2020). On est donc quand même loin de la moyenne de 2,6% des médias…non? 😅

Comparons maintenant 2019-nCoV et SRAS-CoV (le coronavirus de 2002) qui avait un TR entre 2 et 5 (Ladeau et al., 2011). Si le TR est réellement en moyenne à 2,6% comme le soulignent les médias 🗞, comment est-ce possible que 2019-nCoV ait dépassé le SRAS-CoV en quelques semaines seulement? Vous pas comprendre? Nous non plus… 🤨

Concernant le taux de mortalité (TM) maintenant… on nous parle d’un TM de 2 à 3% seulement. Le problème c’est qu’un tel pourcentage est basé sur le % de personnes infectées par rapport aux personnes mortes. Ça n’a aucun sens puisque parmi les personnes actuellement infectées certaines vont probablement se rétablir, mais d’autres non… 💀 ce qui modifiera alors considérablement le TM. Et pour mettre en perspective d’autres chiffres, Huang et al. (2020) montrent un TM de 15% (en début d’épidémie) et Cao et al. (2020) une létalité à 6,5%. L’OMS (2020) annonce 15 à 20% de cas sévères avec 2019-nCoV ⚠️

💡 Qu’en est-il alors de la comparaison avec la grippe, qu’on voit partout sur les réseaux sociaux? On ne peut pas comparer ce qui n’est pas comparable… Le TM de la grippe est de 0,3% environ. Donc oui bien sûr qu’elle fait plus de morts, car au final, il y a beaucoup plus de gens qui ont une grippe que de gens qui ont le 2019-nCoV. MAIS d’un point-de-vue strictement mathématique, même si on prend en compte le TM de 3% annoncé par les médias, ça nous fait quand même 10x plus de chance de mourrir du nouveau coronavirus que d’une grippe. Par contre, tout comme la grippe, les personnes âgées 👨🏼‍🦳👵🏼 ou les personnes déjà fragilisées par d’autres infections et les fumeurs 🚬 (mieux vaut avoir des poumons en bon état car ce virus peut mener à une pneumonie)) sont largement plus susceptibles d’être atteints de complications graves.

🔎 Résumé des courses: le nouveau coronavirus est bien plus dangereux qu’une grippe. Il est plus sévère, plus létal et se propage au minimum aussi bien qu’elle.

🔑 La question maintenant est: comment s’en protéger?

C’est par une bonne hygiène de vie que tu pourras au mieux lutter contre les virus, quels qu’ils soient. Renforcer ton système immunitaire est la clé et comme tu le verras ci-dessous, stresser et être dans un état de panique à cause du virus, te donnera plus de chances d’être contaminé, donc tranquiiiiillle, tout va bien. 😜

Avoir une activité physique régulière favorise un bon système immunitaire. Attention cependant à ne pas trop en faire, car le sur-entraînement est immunosuppresseur. Les études montrent une élévation des globules blancs les heures qui suivent un effort (Sand et al. (2013), mais par contre on observe une augmentation de l’immunité durant l’effort suivi d’un crash, dans le cas d’un effort trop intense et prolongé (sport d’endurance; Kakanis et al. (2010)). Dans le cas de la muscu par contre, on aura une ventilation moindre, ce qui est plutôt positif, car on sait que des ventilations régulières et prolongées (cf. cardio) vont dégrader l’épithélium bronchique, ce qui augmente la perméabilité des poumons aux virus et aux bactéries

Gère ton niveau de stress, car il est clairement immunosuppresseur. Le stress va en quelques sortes « détraquer » la glande thymus et le souci, c’est que cette glande occupe une place de choix dans le développement des lymphocytes T et des cellules T – qui elles, ont pour rôle de faire la guerre aux agents pathogènes comme les virus et les bactéries.

Surveille ton hygiène alimentaire: de bons glucides (fruits, miel, racines), des protéines avec un aminogramme intéressant (poissons, viande d’animaux nourris à l’herbe, foie, oeufs, produits laitiers de bonne qualité) et de bonnes graisses saturées (huile de coco, ghee).

Mange suffisamment de calories. Les régimes hypocaloriques représentent un stress pour ton organisme et augmenteront ton taux de cortisol (sans compter tous les autres inconvénients que tu connais déjà: fonte musculaire, ralentissement du métabolisme, effet yoyo).

Prends soin de ton intestin ; 80% de ton système immunitaire s’y trouve! Élimine de ton alimentation les aliments qui vont nourrir les bactéries qui s’y trouvent 🧫 et ralentir la motilité intestinale; lève donc le pied sur les graisses polyinsaturées (AGPI), la majorité des légumes crus, les noix, les légumineuses, les céréales.
A côté de ça, tu peux introduire dans ton alimentation des aliments qui vont réduire les endotoxines et les bactéries qu’on aimerait ne pas voir à ce niveau-là; pour ceci: une bonne salade de carottes (coupées dans leur longueur) + huile de coco + vinaigre, des pousses de bambou ou des champignons cuits, c’est top!

Le microbiote = les gentilles bactéries de ton système digestif, sont étroitement liées au système immunitaire (Maynard et al. 2012); de ce fait, il serait à ton avantage de consommer suffisamment d’aliments riches en pré-biotiques comme l’ail et les oignons, mais aussi assez d’anti-oxydants ; de vitamine C (qui favorise notamment le renouvellement des globules blancs (Gorkom et al. 2018)), de vitamine A (importante pour la production des globules blancs et des anti-corps) et D (rôle capital dans le bon fonctionnement du système immunitaire – d’ailleurs beaucoup de personnes en sont carencées en hiver, ce qui peut expliquer l’augmentation des maladies durant cette période-là) (Huang Z. Et al. 2018)).

Prends soin de ton foie, l’organe détox n°1! Pour ce faire, consomme suffisamment de glucose, de vitamine B et de protéines.

Dors assez en visant au moins les 7h (continues) par nuit 💤 afin d’éviter une élévation de ton taux de cortisol. Selon Dimitrov et al. (2019), les lymphocytes T sont plus efficaces chez les sujets avec un bon sommeil par rapport à ceux qui dorment moins.

Reste hydraté! 💦 En évitant de dessécher ta bouche et ta gorge, tu gardes un bon film protecteur = le mucus, dont le rôle est de protéger tes muqueuses (les virus se transmettent par les muqueuses).

Diminue les toxines (alcool, oestrogènes, produits chimiques, AGPI, 💉, etc.) qui favorisent également une élévation de ton niveau de stress.

La supplémentation 💊 En fonction du contexte: progestérone, aspirine, bleu de méthylène, lumière rouge, bicarbonate de soude, vitamines C-A-D, zinc, etc. peuvent avoir un interêt.

Eeet voilà 🙌🏼 donc la meilleure prévention c’est de soutenir ton système immunitaire.

Ne stresse pas, reste zen 😎 et normalement, tu devrais survivre 😝

📚 Etudes scientifiques:

Perte de poids, prise de muscle: ça prend du temps!

Perte de poids, prise de muscle: ça prend du temps!

Sport

GOOD THINGS TAKE TIME.

Prendre du gras, ça ne se fait pas en un seul jour, en un seul repas; c’est dans la majorité des cas quelque chose de progressif 📈, qui prend du temps. Il est donc tout à fait normal que le processus inverse, de perte de gras, en soit de même. Tu ne perdras pas le gras accumulé durant toutes ces dernières années en quelques jours, en quelques semaines. Je sais que c’est difficile à entendre, mais c’est la vérité 🤓 Face à cela, nombreuses sont les personnes qui se lancent dans des régimes restrictifs et hypocaloriques… mais à quel prix? ➡ ralentissement de ton métabolisme, fonte musculaire, frustration, cercle vicieux de l’effet yoyo, troubles du comportement alimentaire, etc. 😒

Tout cela est d’autant plus vrai si par le passé, tu as fait n’importe quoi avec ton corps 🤦‍♀, si tu as enchaîné 70’000 régimes restrictifs, et que tu as donc, entre autres, flingué ton métabolisme. Avant toutes choses, la première chose à faire, sera de relancer ton métabolisme, d’apporter suffisamment de carburant 🔥🍗🥑 à ton corps, de lui offrir une activité physique régulière 💪🏼 pour qu’il puisse à nouveau fonctionner de manière optimale et t’offrir, step by step, une perte de gras significative.

🌿 Métaphore de l’arbre: Ton corps est comme un arbre 🌿 Quand tu plantes une graine dans le sol, l’arbre ne pousse pas tout de suite. Tu dois d’abord bien l’arroser, lui donner du bon engrais • suffisamment, mais pas trop • plein de choses se passent alors sous terre (comme à l’intérieur de ton corps), avant de voir un arbre sortir 🎉 et si du jour au lendemain tu te dis: « j’en ai marre, l’arbre ne pousse pas, j’arrête de le « nourrir »», aucune chance qu’il ne pousse. 🤷‍♀

En conclusion: ne sois pas pressé, laisse du temps à ton corps ⏳; fais les choses de manière intelligente et réfléchie (science first!); fuis les régimes restrictifs et garde la pêche 🍑

#beexfitchallenge #beexfitS

No Brain, No Gain!

No Brain, No Gain!

Sport

« No Pain, No Gain »?! STOP avec ça! ❌

💪🏼 Être capable de ressortir lessivé et fracassé d’un entraînement, tout le monde peut le faire… mais en tirer de réels bénéfices et obtenir des gains significatifs, ça par contre, ça demande de solides compétences dans la maîtrise des principes de l’entraînement (une approche scientifique faisant appel à la biomécanique des mouvements, la physiologie, l’approche fonctionnelle, tout en cherchant à minimiser les traumatismes).

Oui bien sûr que pour progresser, il faut que tu te donnes à la salle, il faut que tu sortes de ta zone de confort. Mais le plus important, c’est surtout d’être intelligent dans ta réflexion et d’avoir un plan bien rôdé. Privilégie toujours la QUALITÉ à la QUANTITÉ!

L’entraînement doit aussi rester un PLAISIR. Sans plaisir, ta motivation en prendra un coup, et petit à petit, tes résultats aussi.

🍏 Idem côté nutrition. Arrête de faire souffrir ton corps en lui imposant des diètes restrictives draconiennes. Déjà, tu feras plus de dégâts qu’autre chose (fonte musculaire, ralentissement du métabolisme, frustration, effet yoyo, troubles du comportement alimentaire, etc.) et en plus, tu ne tiendras certainement pas sur le long terme non plus.

On en revient donc à la même réflexion: pour des résultats optimaux et surtout une bonne santé physique, mais aussi psychique, et sur le long terme, des connaisances solides en termes de nutrition sont nécessaires. Arrête de faire n’importe quoi avec ton corps. 😰 Avec un plan nutritionnel adapté à ta personne, dont un apport calorique étudié et une bonne répartition de macro-et micro-nutriments, ton donut fourré au caramel aura tout à fait sa place dans ton assiette. 🍩